Baisse des resultats du Baccalaureat: #Facebook en cause?

Le titre est assez brutal, je l’admets! Cependant la question se pose. En fin de semaine, les résultats du Baccalauréat Malgache sont tombés. Si les lycéens ont été impatients, les résultats eux se sont révélés décevants.

Petit billet pour ma rentrée sur le réseau Mondoblog, on en parlerait pourtant pendant des heures mais j’ai choisi de faire court pour laisser place au débat.

.Eh oui! En général, on ne peut que constater la baisse du  niveau des élèves. Ou peut être les sujets d’examen étaient trop difficiles?  Mais ce serait naïf de ma part de poursuivre sur cette voie!

Alors, on ne parle que de ça! Et ce n’est pas prêt de s’arrêter de si tôt. L’ex province de Toamasina affiche un taux de réussite de 25%  , Majunga est à 26% et la capitale en est à 39%. Dans le lot, un bon élève: l’ex-province de Fianarantsoa qui est à 43%. En 2014, les résultats ont déjà amorcés cette baisse car dans la plupart des ex-provinces, plus de la moitié des candidats ont échoué. A Majunga, l’interview d’un correcteur m’interpelle. Selon celui ci, il ne peut y avoir qu’un coupable: les heures passés derrière l’écran, branché aux réseaux sociaux, Facebook en l’occurrence. Constat véridique mais qu’en pense t’en vraiment?

Il n’est pas superflu de préciser que Facebook connait un franc succès su sein de la jeunesse Malgache (pas que chez les jeunes d’ailleurs, mais ce n’est pas le sujet du jour!). Coupable ou pas? Une chose de sure: Les réseaux sociaux sont addictifs! Alors oui, Surement, mais d’un autre côté il fallait savoir utiliser le réseau plus intelligemment.

Mais accuser le  célèbre réseau social de tous les malheurs scolaires de nos chers élèves serait tout aussi naïf. A Madagascar, on connaît un phénomène de grande tendance: Passer le Baccalauréat depuis la classe de 1ere, voire de Seconde en suivant des cours pour cet effet. Chute global des taux de réussite à l’examen inévitable!

Cette baisse de performance scolaire ne serait pas isolé à Madagascar car en pays Francophones, globalement, les résultats sont en baisse. Alors? A qui la faute? Le système de l’éducation nationale a sa part de responsabilité? Le contexte politique du pays peut – être?

Bien à vous!

#08Mars: Nos Mondoblogueuses à l’honneur

8 Mars, Journée Mondiale de la Femme.

Presque six mois que la seconde saison de Mondoblog a commencé. Plusieurs mois de délicieuses lectures, de découvertes et voyages bloguesques.

En cette journée mémorable de la Femme, l’instant d’un billet, je laisse de côté mes affreuses tendances au pessimisme politique pour me concentrer sur nos Femmes sur la plateforme: nos Mondoblogueuses. Être Blogueuses ne veut pas toujours dire qu’elles parlent « mode ». Sur Mondoblog, on l’a vite compris. Ici, ça gueule souvent et ça gifle par moment. Un ton idéal pour une prise de conscience certaine, de raconter le monde d’une autre manière. Et pourquoi pas à leurs images? Une fois n’est pas coutume, un petit classement ne fais pas de mal. Extraits choisis … quand nos Mondoblogueuses parle de la Féminité! J’avertis donc, les articles sous-cités n’ont pas été publiés ce jour du #08Mars, c’est d’ailleurs tout l’ intérêt de ce post.

femme

Source: pixabay.com http://pixabay.com/fr/statue-bronze-parapluie-femme-5998/

 

« Le père noel est une Femme »! Voilà une révélation à laquelle je ne m’attendais pas en ce début de Décembre 2012 quand je découvre l’article de Danielle ibohn. Toujours avec ce ton « décalée » qui lui est propre, elle argumente sans peines sur son « bilan Femme » de l’année 2012.

« Femme toute puissante », voilà la légende illustrant l’article de @NathyK dans « Femme polyandre » où elle se place comme animatrice de ce, je cite, -vrai-faux- débat.

Je ne suis pas féministe. Je crois juste en la parité homme-femme. Je crois en l’égalité des droits de tous les humains, bien qu’ils soient fondamentalement différents dans les rôles qu’ils ont à jouer dans la famille et dans la société. Je crois en un partenariat.

Un classement des femmes qui ont les plus marqués l’année 2012. c’était le projet de billet de @faty dans son « Top 7 des femmes de 2012 ». Au benin, c’est @sinathafricaine, ce 15 fevrier, qui rend hommage a l’artiste Zouley Sangare. Dans « Deuil dans le monde culturel béninois: L’artiste Zouley Sangare est morte » elle parle de l’artiste, forte et fierté du pays.

« Fichons la paix à nos tiffes et prenons le temps d’être, d’exister, au lieu de simplement paraître! », c’est la conclusion d’ @axelle dans un de ses premiers articles « Une dictature du nappy ? » qui m’a permis de découvrir son blog. Le « nappy » qui semblerait devenir une tendance chez  les Femmes Noires.

Sur son blog @Fatykane nous raconte dans une suite de récits, « carnet noir » une histoire fictive mais d’actualité et très touchante, d’une jeune mère, mariée de force au « vieux Madior » et victime comme beaucoup de jeunes filles de mutilations génitales.

« e-pute: Non merci pas moi », @arianenkoma s’est laissée indignée de ce qu’est aujourd’hui une « mode » chez certaines jeunes filles. Comme Ariane, je passe beaucoup de temps dans des cybercafés. Et voir des jeunes filles discuter via internet avec des étrangers qui ont largement dépassés les limites de la jeunesse est monnaie courante chez moi à Majunga (Nord Ouest de Madagascar).

Je ne pouvais finir ce billet en omettant de mentionner @josiane. Intarissable sur ce thème, ces articles sur son blog « lumière du Cameroun » tournent souvent autour.

Bien-sûr, ce ne sont pas les seules Mondoblogueuses! Je voulais juste vous partager mes meilleurs adresses . Pour vous dire que sur le sujet, faut pas trop les provoquer c’est un débat bien vivant sur la plateforme.

A toutes!

#Madagascar2013: La President-Academy!

Madagascar cherche son Président!!! Parce que 2013 est sensée être l’année des élections. Parce qu’un président se choisi.

Avec le retrait des deux « Grands »  de la course  pour la magistrature suprême, la donne a vite changée. Remarquez que si on en était pas là aujourd’hui, cet article n’aurait aucun intérêt!  Certaines maisons de presse parlent d’un « président par accident » à l’issue du scrutin. Bon, c’est une façon de voir!

Alors certes, ce sont, ou plutôt c’étaient les grands favoris mais voyons si « l’herbe pourrait être aussi verte ailleurs! ». De toute façon, on a pas le choix. Allez, hop!

By Ndriana (Own work) [Public domain], via Wikimedia Commons

By Ndriana (Own work) [Public domain], via Wikimedia Commons

Petit Malgache, quel Président veux-tu?

Personnellement, ce que je trouve « avantageux » d’avoir eu près de quatre ans de transition (c’est vrai que c’est long!), de déchirement politique, c’est que là au moins, on sait à qui on à faire parmi les candidats. On sait de quoi ils sont capables et jusqu’où ils peuvent aller. Face à la pression et aux critiques. Au risque d’être vulgaire, c’est un peu comme dans votre télé-réalité préférée !

On peut choisir de voir les choses d’un bon côté, on a eu assez de temps pour repérer une perle « apparemment rare » présidentiable. Certains ne se sont peut être jamais exprimés sur leurs candidatures, mais tant à entrer dans ce chaos politique, c’est qu’ils ont des ambitions. Tout le monde est donc à noter.

Un profil type du bon Président? Je n’apprendrai rien à personne à écrire dessus, ce sont des valeurs « moralement » connues de tous.

Cette phase de transition, aura été  la période de propagandes la plus longue que Madagascar ait connue …. Petite parenthèse,  je trouve assez naïf, ces meetings de propagande, dans l’ensemble: on sait déjà de quoi ils vont parler (ils disent tous les même choses!).

Il suffit d’entrer des mots clefs dans le discours: Développement et l’indispensable: « Fitiavan-tanindrazana » (amour de la patrie) puis acclamation du public jusqu’à ce qu’ éléction s’en suive.  Donc, les meeting ne sont pas fiables pour prendre la température d’un éventuel présidentiable. On est pas sorti de quatre ans de transition pour se limiter à ça!!! Ils ont eu tout le temps de prouver leur bonne foi politique.

On aurait tous voulu les enfermer (les candidats) au palais d’Ambohitsirohitra (Présidence) et chaque semaine on en éliminerait un, mais bon…

Alors, qui sera la nouvelle star ?

moramora

Au pays du Mora-mora, révision de vocabulaires

Madagascar ou le pays du “Mora-mora”. Un cliché. Un de plus. La Grande Île semble la proie de toutes sortes d’images préconçues. Et si la réalité avait rattrapé nos préjugés?

“Mora-mora” (prononcez: mouramoura) veut dire : doucement, lentement, calmement. Et pourtant, ce n’est pas les Malgaches eux-mêmes qui lui ont accolé cette expression mais ses visiteurs, touristes, les vazaha (« étrangers blancs » : expression à prendre dans le bon sens car il ne s’agit nullement d’une forme de racisme). C’est vrai, on retrouve le mora-mora imprimé sur des tee-shirt mais, en aucun cas, l’expression ne reflète une philosophie propre au pays.

moramora

Sur un Teeshirt

 

Le portail Mora-mora

Personnellement, je n’ai jamais atterrit à Ivato, l’aéroport d’Antananarivo, la capitale… (bah oui, l’avion c’est pas pour tout le monde). Mais  l’esprit Mora-mora qui hante ce haut lieu ferait – selon des sources sures – souvent des siennes ! Frustrant pour les nouveaux venus sur terre Malgache.

Au hasard de mes vagabondages sur des articles de vazaha ayant visité l’Île, histoire de voir comment les touristes appréhendent vraiment leur séjour dans le pays, loin des oreilles Malgaches (ne me demandez pas pourquoi j’ai eu cette idée parce que je le fais assez régulièrement), c’est fou ce que j’ai pu trouver comme “bêtises”. Une fois j’ai lu – je cite : « On surnomme ce pays mora-mora parce que les gens ont l’habitude d’ aller doucement » ! Allons donc ! Ces interprétations arbitraires ne sont pas des cas isolés. Morceau choisi dans un article publié en début de crise (qui se résoud Mora-mora-ment au passage) :  « On le surnomme le TGV* [il parle de Mister President de la HAT] pour son caractère fonceur  » ! Ah bon !  Tout s’explique ! 😉

Mora-mora !

Les Malgaches sont ils vraiment le “peuple du mora-mora” ?  Ma foi, je commence à me le demander vraiment. Depuis près de quatre ans que le pays est plongé dans une phase de transition, et qu’on ne date plus le jour où on a sorti les termes “processus de sortie de crise”. On attend la fin,  on attend… les élections!

Miandry fa Gasy ! (J’attends, je suis Malgache!)

(*) TGV est un sigle, non pas pour “Train à Grande Vitesse” mais pour “Tanora Gasy Vonona”, le parti politique de Monsieur le Président de la Haute Autorité de la Transition (que c’est long comme titre!).

(**) Ah! Et j’ai perdu les liens des articles, désolé.

Majunga, Grand Hotel

Bonne Année à tous! Meilleurs vœux de Bonheur !

Je ne suis pas à Majunga en ce moment, mais au fond, on est jamais loin d’une ville où on se sont bien! 

A défaut de pouvoir squatter les immenses rues de la ville des Fleurs, j’ai décidé de squatter les sites dédiés à Majunga sur Internet. Ne vous y méprenez pas, je suis en vacances, je suis bien et je ne suis pas tout le temps sur Internet. 😉

  • Etape #1: Trouver un site! Facile!

Je viens donc questionner ce cher ami Google. Et ô Surprise, pour lui, Majunga ne serait qu’une ville entièrement peuplé d’hôtels dans tous les côté s!

capture écran

capture écran (Google)

 

Blasphème! Je me souviens que mes rues (Oui, je me suis approprié la ville!), ne ressemblent pas du tout à cela ! Des hôtels : bien sûr, mais pas entièrement! Majunga n’est pas fait de rues et d’hôtels pardi !

  • Etape #2: Trouver des blogueurs sur Majunga.

Je connais à peine la blogosphère malgache mais je prends conscience de la pertinence du contenu. Je ne connais pas personnellement les blogueurs mais j’ai déjà visité la plupart des blogs et beaucoup tombent dans un gros panier de Favoris sur mon Navigateur. Seulement, la plupart se trouvent dans la capitale et en province, il n’y a pas grande foule. Du moins c’est ce dont j’ai pu m’apercevoir jusqu’ici. Les gars, si je dis des bêtises, vous me sonnez !

En 2008, quand je n’étais pas encore à installé à Majunga- des blogueurs ont lancé le projet Foko Madagascar. J’ai donc cherché dans ce sens, car Foko est passé sur Majunga pour former des blogueurs afin d’alimenter le contenu local. Mais… tous les blogs ont été abandonnés ! Tous ? Non ! De valeureux blogueurs majungais résistent encore et toujours pour ne pas déserter leurs blogs !  N’empêche, il n’ y pas grand monde.

  • Etape euh… #Prochaine:

2013, une nouvelle année et j’espère, un nouveau cyber-environnement pour Majunga ! S’il vous plaît, plus de contenu ! Je trouve comme même dommage que le monde ne connaisse la ville que pour ces hôtels à travers Google.

fitiavana

Madagascar: love’s land

 

Nota: Ce texte n’a aucune vocation politique. Une courte analyse pour clore l’année. Subtile analyse de la part d’un drogué (…oups), d’un illuminé? #Désolé 🙂

fitiavana

 

 

La quatrième république de Madagascar a fêté son anniversaire ce mois de Décembre! Sans son président officiel cependant car jusqu’ici, il n’ y pas eu d’élections présidentielles. Toutefois elles sont prévues pour 2013, si rien ne change d’ici là!

Si on devait résumer la Quatrième république en … trois (3) mots, on a plus à chercher loin:  » Fitiavana – Tanindrazana – Fandrosoana « . Traduction: « Amour, Mère Patrie et Progrès », c’est  la devise de la quatrième république de Madagascar. Devise qui trône sur tous les documents administratifs officiels de l’État.  Devise que l’hôtel de ville de Majunga crit fièrement tout en haut du bâtiment, en gros caractères rouges sur un fond blanc. L’ amour a donc succédé au jugé démodé « Fahafahana » ou « Liberté » de la précédente république!

Amour de la patrie et l’amour comme moteur de développement. L’idée n’est pas banal! Il fallait être bien inspiré pour avoir une telle idée. Et quelle idée! L’amour, un paramètre…volatile, non prouvable, non objectif! Et pourtant fort de sens. Un grand sens moral. A utiliser sans modération et sans aucun artifice politique qui le détournerait de son principal bénéficiaire: Le peuple. Un souhait pour l’année à venir!

Espérons que 2013 ne cachera pas de mauvaises surprises. Espérons que le président qui héritera de la quatrième république en soit un digne ambassadeur.

nationale7

Descente vertigineuse sur la Nationale 7

 

Je l’emprunte au moins 2 fois par an. La Nationale 7 est un axe routier incontournable,long de plus 900 km. Elle relie la capitale Antananarivo et Toliara, plus au Sud.

Sur son passage, d’impressionnants paysages, un long trajet qui serpente entre des collines à l’architecture… hasardeuse,  des plaines à pertes de vue, une vitrine de la richesse naturelle de Madagascar. Si vous venez visiter l’île et que vous n’avez pas prévu de descendre la RN7(*) depuis  Antananarivo, jusqu’à son terminus, vous manquez un spectacle.

nationale7

 

Mon départ depuis la capitale est à 15 heures. Du moins, c’est ce qui est mentionné sur mon ticket. J’arrive à la Gare routière pour l’embarquement et puis … un œil inquiet sur le haut du véhicule: une montagne de bagages qui devait faire au moins les  deux tiers de sa  hauteur. J’apprends par les autres passagers que le Mercredi, ce sont surtout les commerçants qui font ce long trajet pour leur approvisionnement. Ah! D’accord! D’où ces longs sacs sur le toit du Sprinter!

Je suis donc inquiet mais pas affolé, le sur-chargement est assez courant sur nos routes (histoire de se rassurer!) même si j’aurai bien aimé être à la place de ces autres à  côté qui n’ont presque rien sur le toit.

Le trajet se poursuit toute la nuit, deux chauffeurs se donnent le relais. On ne les connait pas toujours, mais on est près à se confier à eux. Nous autres, on dort et lui est agrippé à son volant, et lutte contre son sommeil. Principale philosophie sur la route: « ça passe – ça passe » quelque soit la taille de la route et la largeur du camion devant. On rentre dedans et on est pressé!

Je ne suis pas du genre très confiant sur la route. Les rares fois où j’ose fermer l’œil c’est quand on passe une grande ville, là au moins on a moins de chance de foncer droit dans un vide en plein virage!

Un détails

La nuit, une ombre qui ne fait qu’ obscurcir encore plus le passage du taxi-brousse: les Dahalo (qui fait penser aux voleurs de zébus!). L’insécurité sur la route se fait sentir quand les gendarmes postés le long de la Nationale intensifient les contrôles. Ces braqueurs des grands chemins, sont devenus plus violents et ne reculent plus devant la file de caravane des taxi-brousses.

Des barrages, des jets de pierres, des hommes armés de pistolets artisanales. Les gendarmes  installés dans les postes n’aideront pas beaucoup les passagers pris dans un guet-apens à des kilomètres plus loin. Donc, voyage de nuit sur la Nationale 7, à consommer avec modération, surtout que pour des touristes on ne verrait rien!

Fianarantsoa. Point de relais. Notre chauffeur passe la direction du véhicule à son co – pilote. On arrive à Toliara vers 8h du matin. Pour nous, le voyage est terminé mais nos  deux « courageux » chauffeurs retourneront à Antananarivo l’après-midi même.

(*) RN7:  Route Nationale 7

Un Malgache se cache derrière Chaplin..

 

Un long silence sur le blog, mais je suis toujours de la partie! Je vais me rattraper!

On les croise à chaque coin de rue de Majunga (Madagascar). Des marchands de CDs, qu’ils étalent à même le sol ou sur une chaise,  ou encore les jaquettes pendus-scotchés les uns contre les autres sous un gros parapluie (en plus il fait chaud!).

Composition de la vidéothèque: les incontournables telenovelas; des productions américaines en VF (Version française); des productions Bollywoodiennnes qui ont bien trouvé audience chez les majungais, et qui bizarrement ne gêne pas les ventes en version originale;  on retrouve de discrets (pas toujours) copies-pirates des productions Malgaches! (Ce n’est pas le but de l’article, je m’y attaquerais une autre fois).

 

Ireland-Charlie Chaplin Statue

[image by chmouel, wikimedia commons]

Ce que j’ai remarqué ces derniers temps, c’est la montée en flèche des ventes de ces mêmes productions étrangères mais en VM (pour Version Malgache), la mention « TENY GASY » sur la jaquette faisant foi. On se les arrache et le jour de leurs sorties, ils se vendent comme des petits pains. On a donné voix Malgaches à des stars du cinéma!

De la salle de cinéma au recyclage …

Tous y passent. En partant de notre comédien muet préféré Charlot à ce chère bodybuilder Schwarzy, et tous les grandes stars de film d’action dont Jackie Chan! Aucune discrimination, tout le monde y a droit!

Seulement voilà, il n’est pas question d’un simple doublage de voix. Les doubleurs s’amusent à interpréter à leur manière -et je le précise bien- tout le script, dans toutes les dialectes ethniques existant à Madagascar (il y en a 18). Donc, dans une autre vie, Bruce Lee serait natif du … Menabe, une région dans le Sud Ouest de Madagascar (le kilalaky vous connaissez? Non?).

Des scénarios sur mesure à la sauce Malagasy…

Mais comme pour rajouter une touche encore plus Malgachisée à ces œuvres cinématographiques, ils n’ont pas voulu chercher loin. Ils ont totalement réinventé les scénarios en tenant compte (s’il vous plait) de l’authenticité en VM.

Est-ce par frustration causée par le film « Madagascar » de Spielberg qui n’a vraiment rien à voir avec l’île? Parce qu’on a rapporté toutes références en local! Ainsi nous nous étonnons par exemple  d’entendre Charlie Chaplin (déjà qu’il a une voix!) planifier de rentrer dans son « Androy » natal qui est une région du sud Malgache ou Bruce Lee vantant la culture Menabe. Dans la même logique, les noms et les titres ont aussi changés.

Les personnages de dessins animés n’échappent pas à la règle. Exemple à l’appui: Kirikou s’est aussi vu doté d’un dictionnaire Français – Malgache. Ah! Et cerise sur le gâteau, Abrouka (production africaine) a aussi une voix Malgache!

Bonnes choses ou mauvaises choses?

Incorrigibles cinéphages que nous sommes, c’est une manière de revivre des films oubliés dans sa mémoire d’enfant. Et pour d’autres, le seul fait de passer un moment bonne humeur car du côté humoristique, on est bien servi.

Bonnes choses ou mauvaises choses? Légale ou non?
Et, ce genre de pratique existe t elle aussi dans d’autres pays?
(Un Jackie Chan en camerounais, ça donnerait quoi?)

J’avais prévu de poster un extrait vidéo, ça vient!!

@mitsinjou

 

Mondoblog, de l’autre côté de la plume!

“Rejoignez nous”, disaient ils! “Rejoignez nos mondoblogueurs! “

En fait, j’attendais ce message d’invitation depuis des semaines avec la nomination de RFI Mondoblog aux BOBs 2012 (Best of Blogs de la Deutche Welle Awards). Aujourd’hui reçu parmi ses membres, me voilà embarqué dans une nouvelle aventure toute particulière! Mais surtout, me voilà poussé dans l’arène du blogging, de l’autre côté de la plume. Tout d’un coup, on se rend compte du travail derrière!! Dans les coulisses!!

Je me permets de citer, de reprendre une réflexion de @SingAlelluia sur son tout nouveau blog réflexion sur la vie, une pensée qui, j’avoue, m’a un peu pris au dépourvu sur ce qui pourrait (vraiment) être un blogueur « est-ce le simple fait d’avoir un ‘blog’ ou alors cela consiste en dire quelque chose que d’autres ne veulent pas dire » Et je ne mets pas plus de commentaire!

Gasy Coffee, plantons le décor

Crédit photo: M-C  sous Creative Commons license

– “Héhé, quoi? tu vas nous parler de café?”

– Non, rassurez vous! Quoique, quand l’occasion se présente!

Non, mais pour autant, le “coffee”, ce n’est pas juste pour faire joli, hein!! C’est toute une philosophie, le café!! ;D (Ouais!)

Bon, trêve de connerie, je vis depuis quatre ans dans une ville en ébullition, une vraie marmite! Du café tout chaud!! Ici, on n’est pas étonné que les annonces publicitaires des boites de nuit passent en boucle dans les journaux télévisés de midi! Majunga, à cette époque de l’année est deux fois plus chaud (dans tous les sens du terme! chaleur tapante, etc, ) qu’en dehors des vacances et cela malgré que nos vendeurs ambulants de lunettes (j’ en ai rencontré un, qui se plaignait tout à l’heure quand je m’en suis acheter une paire!) qui reçoivent moins de recettes que l’année dernière. Pourquoi cette baisse de recette? La crise, oui oui, toujours la crise! ça dure depuis 2009 et n’en finit pas! Et Remenabila ne fait qu’empirer les choses d’ailleurs!

Quoiqu’il en soit, Majunga reçoit  encore un petit lot de vacanciers, et pour preuve, le bord de la mer commence trèèèès très tôt à se remplir!, mais peut être qu’ils fuient Remenabila? Qui sait? mdr.

Allez, à la prochaine!  Vous aurez très vite de mes nouvelles!

Ah! Encore merci à l’équipe de l’Atelier des Médias, merci à RFI! “Misaotra e!”,comme on dit en Malgache.

ps: Salutations particulières à tous les amis mondoblogueuses, mondoblogueurs et tous les Malagasy Bloggers de la Grande ile et de la diaspora! je souhaite une belle aventure à tous!

ps ps: Quoi? Tu connais pas Remenabila, séances de rattrapage: c’est le Ben Laden malgache mdr!